Activities  Sustainable Resource Use Mesopotamian Marshlands
 
Evaluations
Renforcement des capacités
Pré-alerte
Earthwatch
Changement global
Méta-données
Utilisation durable des ressources
-Lac Balaton
-Système d'observation des marais de la Mésopotamie
-Les marais de la Mésopotamie
· Introduction
· Coupures de presse
· Mai 2003: L'eau de retour dans les marais desséchés de la Mésopotamie
· 28 Mai 2003: Communiqué de presse
· 23 Mai 2003: Présentation PowerPoint
· 22 Mars 2003: Le "Jardin d'Eden" au sud de l'Irak risque de disparaître d'ici 5 ans
· 2002: Photos
· 2001: Rapport
· 13 Août 2001: Communiqué de presse
· 18 Mai 2001: L'étude du PNUE tire la sonnette d'alarme sur la disparition des marais de la Mésopotamie
-Lac Balkhash
-Eau douce en Europe
-Water for Peace
-Bassin du Nil

Le "Jardin d'Eden" au sud de l'Irak risque de disparaître d'ici 5 ans

Le PNUE affirme qu'une réhabilitation après la guerre devrait inclure les marais de Mésopotamie par égard pour le peuple et la faune.

Kyoto/Nairobi, 22 mars 2003 - Les marais de Mésopotamie, considérés par certains comme étant le lieu du jardin de l'Eden, et connus comme le croissant fertile, continuent à disparaître drastiquement.


Cliquez sur l'image pour télécharger (8.14 Mb)
Les marais qui disparaissent: 1973 - 2000

Des études, publiées à l'occasion du 3ème Forum Mondial de l'Eau qui a eu lieu à Tokyo, Japon, indique que 10% des marais ont disparu. Un tiers a disparu les deux dernières années et des espèces en voie de disparition comme l'ibis sacré et l'anhinga d'Afrique ne tiennent plus qu'à un fil.

Deux ans ont passé depuis que le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) a attiré l'attention du monde sur la situation des marais et sur la culture unique des Arabes des marais, vieille de 5000 ans, héritière des anciens sumériens et babyloniens.

Les études d'évaluation par satellite effectuées par le PNUE, Division de Pré-alerte et d'Evaluation Environnementale (DEWA~Europe/GRID-Europe) ont montré que 90% des marais ont disparu entre le début des années 70 et l'an 2000. Les marais constituent aussi un habitat des espèces rares et uniques et une frayère pour les poissons du Golfe.

Les nouvelles études montrent que plus de 325 km2 de surface se sont asséchés depuis l'an 2000, laissant seulement 9% de sa surface originale. Si des actions urgentes ne sont pas prises pour inverser la tendance et pour réhabiliter les marais, la zone humide connue sous le nom d'Al-Hawizeh en Iraq et Hawr Al-Azim en Iran, est amené à disparaître d'ici 3 à 5 ans.


Cliquez sur l'image pour télécharger (12.46 Mb)
Les marais de la Mésopotamie en 2000

Cliquez sur l'image pour télécharger (12.46 Mb)

Les marais de la Mésopotamie en 2002
Les dures vérités: L'analyse des images satellitaires Landsat montre une diminution de 30% des marais de la Mésopotamie, passant d'une surface de 1,084 km2 en 2000 à 759 km2 en 2002. A ce rythme, les marais vont probablement totalement disparaître d'ici 5 ans.
Copyright des cartes © 2002 PNUE/DEWA/GRID-Europe. La représentation et l'utilisation des frontières, des noms géographiques et autres données employés sur les cartes n'engagent pas la responsabilité des Nations-Unies ni n'impliquent de reconnaissance officielle de sa part.

Klaus Töpfer, directeur exécutif du PNUE, a déclaré: "A l'issue de la Journée Mondiale de l'Eau 2003, rappelons-nous de la destruction dramatique des marais de la Mésopotamie et de leur faune et de leur culture unique au cours de la dernière décennie. Cette catastrophe environnementale de la région souligne aussi les grandes pressions exercées sur les zones humides et les écosystèmes d'eau douce de la planète".

"Nous avons déjà perdu la moitié des zones humides de la planète au cours des 100 dernières années, et le dessèchement continu des marais de la Mésopotamie confirme que plus d'actions décisives et concrètes sont nécessaires", a-t-il dit.

M. Töpfer a dit qu'il espérait que la fin des hostilités en Irak et la réhabilitation du pays comprendrait une évaluation complète et des plans d'action pour la restauration des marais.

Le PNUE Post-Conflict Assessment Unit, qui a réalisé avec succès des évaluations environnementales et établi des plans d'action pour les Balkans et plus récemment pour l'Afghanistan et les Territoires Palestiniens Occupés, est près à assister à n'importe quel projet pour restaurer les zones humides.

M. Töpfer a dit qu'une telle évaluation devrait aborder tous les sujets qui pourraient potentiellement avoir un impact sur les marais. Il faudrait tenir compte de l'endoréisme, des projets et des barrages en amont y compris ceux qui se trouvent sur le Tigre et l'Euphrate. Le PNUE pense qu'il existe encore des moyens pour inverser le dessèchement des zones humides et pour réaliser au moins une restauration partielle. A court terme, un lâcher d'eau urgent des réservoirs de barrage en Iran et en Irak pour simuler les crues saisonnières est nécessaire.

L'Iran a réagi positivement en lâchant l'eau sur les marais en mars et avril 2002, inondant la partie nord. Cependant, un plan de régénération à long terme est nécessaire. Cela exige une approche holistique de la gestion du bassin hydrographique basée sur la durabilité de l'écologie et le partage des eaux des rivières de manière coordonnée et équitable des pays riverains du Tigre et de l'Euphrate. Un plan de captage intégré donnerait aussi la priorité à distribuer une quantité d'eau adéquate aux zones humides, tandis que les lâcher d'eau des barrages existants pourrait simuler les réseaux de lignes de courant naturelles et ramener la vie aux marécages.


Cliquez sur l'image pour la télécharger (4.05 Mb)

Hawr Al-Hawizeh/Al-Azim en 2000

Cliquez sur l'image pour la télécharger (4.05 Mb)

Hawr Al-Hawizeh/Al-Azim en 2002
Ces images satellites ont été acquises par Landsat 7’s Enhanced Thematic Mapper plus (ETM+) et sont une courtoisie du PNUE/UNEP/GRID-Sioux Falls et d'USGS EROS Data Centre. Ce sont des images composites fausse couleur utilisant les longueurs d’onde du moyen infrarouge, du proche infrarouge, et du vert (Bandes 7,4 et 2).

Notes aux Editeurs: Les marais de la Mésopotamie sont une partie intégrante du bassin du Tigre et de l'Euphrate qui est partagé par l'Iran, l'Irak, la Syrie et la Turquie. Pour la première fois en mai 2001, le PNUE a attiré l'attention du monde sur la disparition des marais de la Mésopotamie, la plus vaste zone humide du Moyen-Orient. Les images satellites montrent une évidence de la diminution de l'extension des marécages. L'étude du PNUE a révélé qu'au printemps 2000, les 1000 km2 de vestiges, à cheval sur la frontière Iran-Irak, était tout ce qui restait du complexe des marécages, qui couvraient originairement 15,000 - 20,000 km2.

Téléchargement: ce document est disponible au format PDF (144 Kb)

Pour plus d'informations contactez:
Eric Falt, Porte-parole du PNUE/Directeur de la Division de la Communication et de l’Information
Tel: +254 2 623292
E-mail:

Nick Nuttall, Chef de la division médias du PNUE
Tel: +254 2 623084
E-mail:

Nouvelles du PNUE

Copyright © UNEP/DEWA/GRID-Europe
Les informations et les images peuvent être reproduites sous réserve de mention du PNUE/GRID-Europe.