Activities  Sustainable Resource Use Lac Balkhash (2004)

Le deuxième plus grand lac d'Asie Centrale, le lac Balkhash, pourrait être en train de s'assécher, comme annoncé par les Nations-Unies en janvier 2004. Le lac se situe à l'est du Kazakhstan et est alimenté principalement par la rivière Ili mais n'a pas de débouché. Les experts pensent que le lac Balkhash, en devenant moins profond et plus salin, pourrait avoir un sort aussi tragique que celui de la Mer d'Aral.

Le lac Balkhash, au Kazakhstan, est le plus grand lac de salinité modérée en Asie Centrale. Le lac a une surface de plus de 16 000 km2, une longueur de 600 km et sa largeur varie de 5 à 70 km. Son bassin versant d'environ 413.000 km2 se situe au sud-est du Kazakhstan (85%) et au nord-ouest de la Chine (15%). La moitié occidentale du lac est composée d'eau douce tandis que sa moitié orientale est faite d'eau salée. La profondeur moyenne du lac est de six mètres, alors que sa profondeur maximale atteint 26 mètres. Le lac Balkhash est généralement gelé de novembre à mars.

Le lac Balkhash est bordé au nord par les hauts-plateaux kazakhs et au sud par le désert de Saryesik-Atryan. Trois principaux cours d'eau alimentent le lac Balkhash et tous viennent du sud ou du sud-est: la rivière Ili avec un large delta, la rivière Karatal avec un plus petit delta, et la rivière Aqsu. Le niveau des eaux du lac Balkhash diminue depuis 1960, principalement à cause de l'évaporation et de l'augmentation de l'utilisation d'eau pour l'irrigation le long des rivières Ili et Karatal.

La rivière Ili coule du nord-ouest de la province chinoise du Xinjiang vers le Kazakhstan, en passant par la ville d'Almaty, jusqu'au lac Balkhash. La production de coton, qui utilise une grande partie de l'eau, est bien développée dans la région du Xinjiang, et utilise actuellement 40% des terres arables de la région.

Le lac Balkhash joue un rôle important en maintenant l'équilibre naturel et climatique dans la région. La dégradation progressive des écosystèmes du lac est accélérée par la construction d'installations hydroélectriques en Chine au sud-est.

            

La population du bassin versant est de plus de 3.2 million de personnes, la plupart dans le bassin de la rivière Ili, incluant la région de Almaty.

 

Diminution du niveau du lac

La partie occidentale du lac est très peu profonde et une diminution de l'apport en eau de la rivière Ili a donc des répercussions sur le niveau du lac. Plusieurs des différences entre les images satellites de 1972 et de 2001 sont explicables.

La plus flagrante est l'assèchement quasi-complet du réservoir de la partie sud du lac Balkhash. Il n'en reste plus qu'une partie minuscule, qui va probablement disparaître dans un futur proche, à moins qu'une action pour y remédier ne soit entreprise. De 1972 à 2001, la partie sud de la surface du lac a diminué d'approximativement 15.000 ha.

Un autre signe de la diminution du niveau de l'eau est l'apparition d'une île nouvellement formée (à côté de la rive sud-est du lac). Dans d'autres parties du lac, des îles ont vu leur surface s'agrandir.

    

Sur ces images, l'assèchement de nombreux étangs et zones humides peut être observé sur la rive est du lac. Une autre partie du delta de la rivière Ili est visible en haut à gauche de l'image. La végétation du delta gagne du terrain sur le lac tandis que la partie supérieure de la rivière a vu sa végétation s'assécher complètement, laissant le sol nu.


La rivière Ili

La rivière Ili, qui fournit 80% de l'eau coulant vers le lac Balkhash, a sa source en Chine, dans la chaîne de montagnes septentrionale du Tien Shan, et a une longueur de 1 400 km. La rivière passe à travers les sables du désert Sarysesik-Atyran lors de son parcours vers le lac Balkhash.

A l'embouchure du lac Balkhash, elle forme un delta de 8 000 km2, qui constitue l'équilibre écologique de l'écosystème, abritant l'habitat d'animaux sauvages et d'oiseaux.

Le réservoir de Kapchagai, construit au milieu de la rivière Ili en 1966 et utilisé pour le stockage de l'eau depuis 1970, a permis le développement d'une agriculture d'irrigation en aval de la rivière. Le réservoir sert à la production d'énergie hydroélectrique et à la fourniture d'eau d'irrigation. Depuis son inauguration, l'utilisation de l'eau a augmenté en aval de la rivière Ili. La diminution de l'apport en eau de la rivière affecte profondément l'environnement du lac et le système hydrique.

Le gouvernement chinois installe beaucoup de gens de Chine centrale dans la Région Autonome Uyghur du Xinjiang occidental. Cette population aura besoin de nouvelles installations industrielles et de complexes agricoles, qui vont aussi consommer de l'eau et ainsi mettre de la pression sur l'écosystème riverain.

 

La rivière Karatal

La rivière Karatal est aussi l'une des plus importantes rivières tributaire du lac Balkhash. La rivière prend sa source dans les montagnes Dzungarsk-Alatau, près de la frontière avec la Chine. Sa longueur est d'environ 390 km et son bassin versant est de 19 100 km2. A cause de l'irrigation dans la vallée où coule la rivière, peu d'eau atteint le lac Balkhash. La rivière, après avoir traversé le désert Sary-Ishikotrau, finit sa course dans un vaste delta de cent mètres de large, refuge d'un grand nombre de poissons et d'oiseaux.

     

Pollution du lac Balkhash

L'écosystème du lac Balkhash est lourdement pollué par la métallurgie non-ferreuse et l'agriculture. Les principaux pollueurs de l'eau sont les entreprises industrielles et minières, les raffineries, les fermes d'élevages et les cultures d'irrigation. Les fonderies de cuivre polluent lourdement le lac Balkhash avec des métaux lourds et des sulfites. Les installations municipales de traitement des eaux usées sont fréquemment surchargées ou hors d'usage.

La surexploitation de la rivière Ili a contribué à l'accroissement de la salinité de l'eau dans la partie occidentale du pays.

Bien que le Kazakhstan ait renforcé ses efforts de gestion de l'eau au cours des dernières années, les experts pensent qu'avec l'augmentation de la population, l'agriculture, l'industrie et l'urbanisation dans les parties occidentales de la Chine, il y aura plus de demande en eau dans le futur, et des mesures urgentes doivent donc être prises.

Auteurs: Guillaume Le Sourd, Diana Rizzolio (2004)

Evaluation basée sur les images satellites Landsat
Sources: UNDP, UNECE, Regional Environment Centre for Central Asia.