Activités  Côte d'Ivoire

Situation géographique

La Côte d'Ivoire se trouve au milieu de la forêt tropicale, le long de la côte du Golfe de Guinée.
La zone d'étude est située entre le Libéria et le parc national de Tai. La déforestation dans cette région est beaucoup plus récente que dans les autres coins du pays, mais elle est beaucoup plus importante.

Introduction

La déforestation en Côte d'Ivoire a réduit l'extension des forêts aux limites des parcs nationaux. La plus grande partie de la surface de déforestation récente a été transformée en terre agricole. Les fragments de forêt de moins de 1000 ha sont généralement ignorés des inventaires nationaux ou globaux. Cependant, ces surfaces peuvent représenter entre 10 et 30% de la superficie totale de forêt et constituent la seule ressource forestière de la communauté rurale parce que les plus grandes forêts sont généralement protégées et gérées par les autorités du pays.

Parc National de Taï

Le parc national de Taï s'étend sur une surface de 454.000 ha; c'est la plus grande forêt tropicale de l'Afrique de l'Ouest. Beaucoup d'espèces sont endémiques. En 1982, la région a été classifiée comme Réserve de Biosphère et a été inscrite sur la liste de l'Héritage Mondial en 1984 par l'UNESCO.
Les images satellites montrent clairement qu'il n'existe plus de forêt dans les zones rurales. La pression humaine a atteint directement le parc et les autres forêts protégées. Il est maintenant difficile d'empêcher la population d'y extraire les plantes et les animaux.

Histoire de la déforestation et de la fragmentation en Taï Zagné

En 1974, la plupart des surfaces étaient couvertes par la forêt (80.000 ha). Jusqu'en 1984, le taux de déforestation était d'environ 2.5% par année.
Le développement majeur de la fragmentation s'est déroulé entre 1984 et 1990, lorsque l'implantation massive de cacao et du café a débuté; le taux de déforestation a atteint 11% par année.
En 1990, les morceaux de forêt disséminés dans le paysage agricole (18.000 ha) se composaient d'une mosaïque de 6000 fragments avec une taille moyenne de 5 ha. Depuis, d'autres abattages de forêt ont eu lieu pour convertir la surface en terre agricole. Ce phénomène ne s'arrête pas seulement à proximité des vieux villages, mais aussi dans les zones éloignées, où les migrants originaires du nord du pays se sont récemment installés.


Données à partir de Landsat MSS (1984), 30x50 km

1990, image Landsat TM5

Données à partir de Landsat TM (1974), Landsat MSS (1984), Landsat TM (1990),Spot XS (1997), Spot XI (2000). 30x50 km

image Spot XI, 11.02.2000, 30x50 km

Forêt

Déforestation avant 1980

Déforestation 1990-2000

Surface de plantation, reforestation

Routes

Limite des parcs nationaux

Analyse spatiale et conservation

L'analyse spatiale de la fragmentation de la forêt, combinée avec les inventaires floraux est un outil pour définir la taille minimum de forêt nécessaire pour la survie de la population d'arbre.
En 2000, les fragments de forêt (petits morceaux verts) couvraient une surface de 15.000 ha. La population locale a eu de plus en plus de difficulté à trouver de l'espace pour leur culture, aussi bien que les produits forestiers pour leur besoin quotidien. La diminution de la diversité des plantes à cause de la perte de fragments de forêt diminuera certainement la capacité des jachères à régénérer les forêts secondaires.

Importance des forêts restantes


Eupatorium fallow in Zagné

La présence des fragments de forêt dans les zones rurales permet une persistance des espèces de plante et d'animal qui sont utilisées pour l'alimentation, la santé, la construction et les feux domestiques. Cependant, les conditions écologiques de ces fragments sont loin de l'état de la couverture originale intacte. La présence d'une forêt est importante pour le sol et le bilan hydrique et permet la reconstitution du sol pour l'agriculture.

Population


Zagné

La population du district de Tai a augmenté de 3200 en 1971 à 57.000 en 1991. En 2000, seulement 10% de la population étaient natives alors que 90% étaient immigrés.


Poster

Etude réalisée par : Cyrille Chatelain, Conservatoire et Jardin Botanique, Genève